Home > Actualités & Analyses Forex > Le S&P500 se renforce, mais l’aversion au risque est encore plus forte

Le S&P500 se renforce, mais l’aversion au risque est encore plus forte

Le marché boursier américain a connu une impressionnante remontée depuis le creux du coronavirus – il est maintenant en hausse de 38 % par rapport aux niveaux observés en mars. Alors que le S&P500 a dépassé le niveau des 3000 malgré un taux de chômage élevé, des aides d’État et une augmentation des faillites (par exemple, Hertz), de nombreux investisseurs affirment que le marché boursier est déconnecté de la réalité.

Les études de la finance comportementale nous disent que les investisseurs réagissent différemment à des situations similaires. Il en va de même pour les grands indices boursiers comme le S&P500.

S&P500 vs. actions médianes

Une comparaison intéressante entre le S&P500 et la médiane des actions américaines montre que cette dernière a peu évolué au cours des vingt-trois dernières années. Pour les investisseurs, cela peut signifier deux choses : soit le S&P500 est surévalué aux niveaux actuels et, de fait, a perdu le contact avec la réalité, soit les actions médianes finiront par être les plus rentables, car il y a une grande marge de rendement positif en cas de rotation du marché.

Qu’est-ce qui a causé un tel découplage pour le S&P500 et, plus important encore, peut-il se poursuivre ? Un rapide coup d’œil à la régression moyenne détendue pour l’indice boursier large révèle qu’avant la crise du coronavirus, lorsque l’indice affichait environ 3400, l’écart-type était de 1,5 par rapport à la moyenne. Plus précisément, cela suggère que les actions de grande capitalisation finiront par obtenir des rendements à un chiffre.

Toutefois, la pandémie a modifié le tableau macroéconomique de manière spectaculaire. La résilience des marchés des actions face à la pandémie de coronavirus s’explique mieux par la politique monétaire en constante évolution.

Il s’avère que les conditions de politique monétaire sont les plus accommodantes jamais enregistrées, dépassant de loin les conditions qui prévalaient après la crise financière mondiale de 2008-2009, lorsque la Fed a préparé le terrain pour un assouplissement quantitatif.

En outre, les analystes s’attendent désormais à ce que les taux de croissance des bénéfices du secteur technologique S&P battent le marché au sens large par la plus grande marge de ces 16 dernières années. Si cela n’est pas suffisant, considérez que les technologies, ainsi que les soins de santé et la finance, représentent 60 % des bénéfices à douze mois de l’indice S&P500.

La conclusion est que la décision des investisseurs change en fonction de l’évolution des conditions du marché. Ce qui semblait surévalué il y a trois mois, semble soudain différent en raison du rôle actif des banques centrales et des perspectives qu’apporte la nouvelle normalité post-pandémie.

Tags:
Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte