Home > Actualités & Analyses Forex > L’économie américaine risque de surchauffer

L’économie américaine risque de surchauffer

Pour beaucoup, la vitesse de la reprise économique en cours aux États-Unis est surprenante. Comme l’indique le rapport NFP de vendredi dernier, le marché du travail américain crée beaucoup plus d’emplois que prévu – près de 1,7 million de nouveaux emplois pour le seul premier trimestre. 

Un plus grand nombre d’emplois reflète une économie performante. En retour, une économie performante devrait faire l’objet de politiques monétaires et budgétaires restrictives. Or, ni les autorités monétaires ni les autorités budgétaires ne prévoient de mettre fin aux mesures accommodantes, ce qui conduit à ce que les économistes appellent une économie en « surchauffe ».

La meilleure façon d’interpréter la reprise économique est de comparer le volume de passagers du transport aérien enregistré récemment avec la moyenne de février 2020. Comme on peut le constater, des points verts apparaissent sur la carte des États-Unis, et leur nombre augmentera à mesure que la campagne de vaccination progressera.

Dès lors, une surchauffe n’est pas à exclure. Mais pourquoi est-ce une mauvaise chose pour l’économie ?

Pourquoi cette fois-ci est-elle différente ?

Dans des conditions économiques normales, les décideurs politiques voudraient éviter la surchauffe économique. Pour illustrer cela, pensez à l’enquête PMI. Il s’agit d’une enquête qui reflète la performance d’un certain secteur économique (par exemple, la construction, la fabrication ou les services), et la ligne dans le sable est de 50. Tout ce qui est au-dessus indique un secteur en expansion, tout ce qui est en dessous un secteur en contraction.

Cependant, les économistes préfèrent voir des niveaux supérieurs à 55 mais inférieurs à 60, car tout ce qui dépasse 60 indique une surchauffe potentielle. Lorsque cela se produit, les autorités interviennent pour refroidir l’économie et éviter un « atterrissage brutal ». En outre, la surchauffe entraîne une hausse de l’inflation qui, à son tour, peut compromettre le mandat de stabilité des prix de la plupart des banques centrales.

Mais cette fois-ci, c’est effectivement différent. La pandémie de COVID-19 a déclenché des actions sans précédent de la part des autorités monétaires et fiscales. La plus impressionnante est que la Fed a effectivement modifié son mandat de stabilité des prix et considère désormais l’inflation moyenne autour du niveau de 2%, plutôt qu’un objectif absolu.

Ainsi, une inflation plus élevée résultant d’une surchauffe est en fait souhaitée par la Fed. Qu’en est-il des bulles, comme celle suggérée par les ventes de logements existants ? Ce secteur a atteint des niveaux jamais vus depuis la grande crise financière de 2008-2009, déclenchée par…. le secteur du logement.

La situation est toutefois différente en raison du formidable choc exogène que l’économie a reçu pendant la pandémie. De plus, le fossé des inégalités s’est creusé, ce qui fait qu’il est difficile pour la plupart des Américains de faire face à la nouvelle réalité sans le maintien de mesures accommodantes.

Par conséquent, la Fed et l’administration américaine vont laisser l’économie surchauffer pendant un certain temps. Les avantages de cette démarche l’emportent sur les risques d’un resserrement trop précoce des conditions financières.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.