Home > Actualités & Analyses Forex > L’ère Humala ou la transposition du socialisme bolivarien au Pérou

L’ère Humala ou la transposition du socialisme bolivarien au Pérou

Le Prix Nobel Mario Vargas Llosa plaidait pour que le moins pire gagne. Ce fut le candidat auquel il s’est rallié, il y a seulement quelques semaines, l’ancien militaire révolutionnaire Ollanta Humala qui, d’après les décomptes officiels, a remporté l’élection présidentielle au Pérou.

Bien que les deux candidats en lice, Humala et la fille de l’ancien président Fujimori, étaient loin de susciter l’engouement des marchés, nul n’aurait pu prédire un tel effrondrement, en l’espace de seulement quelques minutes, de la place financière de Lima.

Aux cris d’acclamation des partisans du nouveau président Humala a répondu l’inquiétude des investisseurs qui s’est traduite très concrètement par une chute de près de 9% du principal indice de la Bourse de Lima, ce qui a conduit à la suspension temporaire des échanges, et à une dégringolade de 1.2% du sol péruvien face au dollar en tout début de matinée.

Plus que la personnalité du nouveau président, c’est surtout son programme économique et ses soutiens extérieurs qui suscitent des inquiétudes. Militaire terne, qui a pour principal fait d’arme une tentative avortée de putsch contre le président Fujimori en 2000, Humala a bénéficié très tôt du soutien du président Hugo Chavez. En effet, impressionné par ce militaire dont le parcours n’est pas sans rappeler le sien, Hugo Chavez distilla habillement ses conseils au militaire après un séjour en prison qui fut, opportunément, écourté par une amnistie présidentielle. Hugo Chavez avait bénéficié du même traitement en 1994 grâce au président Caldera. Soutien idéologique mais surtout soutien financier important de la part du leader de la révolution bolivarienne qui cherche à placer ses pions progressivement en Amérique latine afin d’imposer son agenda politique au continent.

Ce soutien a permis à Humala de se lancer dès 2006 dans sa première campagne présidentielle qui se révéla plutôt être un échec. Il n’eut pas le même succès que son mentor qui gagna les élections la même année, pour la deuxième fois consécutive, avec 63% des voix face à Manuel Rosales.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.