Home > Actualités & Analyses Forex > Les accords transfrontaliers sont sujets à des changements politiques

Les accords transfrontaliers sont sujets à des changements politiques

En novembre 2019, LVMH, le géant français de la distribution de produits de luxe, a annoncé son intérêt pour l’acquisition de la société américaine Tiffany. La fusion, considérée comme apportant des synergies aux deux parties, n’a jamais eu lieu car la pandémie de COVID-19 a modifié les plans initiaux.

Toutefois, l’aspect économique n’est pas le seul élément qui compte dans les transactions transfrontalières. Le paysage politique a également changé et, dans le cadre de ces grandes opérations, l’influence politique peut être déterminante pour la concrétisation ou non d’un accord.

LVMH se retire de l’accord

À la surprise de beaucoup, LVMH a annoncé en septembre dernier qu’il envisageait de se retirer de la fusion. Il a cité les droits de douane américains sur les produits français comme étant la raison pour laquelle l’accord de 16 milliards de dollars n’aura pas lieu.

Une fois de plus, la politique fait obstacle à un accord transfrontalier. Toutefois, la situation interne des États-Unis a également contribué à la décision de renoncer à la fusion.

Les troubles civils généralisés aux États-Unis et la pandémie de COVID-19 ont encore accentué la pression sur LVMH pour qu’il trouve un moyen de se retirer de l’accord. Considéré comme un moyen pour la société française de renforcer son portefeuille de bijoux de luxe, mais aussi comme un moyen pour la société américaine de trouver des ressources pour financer sa croissance à long terme, l’accord est apparu comme une situation gagnante pour les deux parties.

Cependant, la politique a fait obstacle et LVMH a maintenant demandé au gouvernement français de l’aider à se retirer de l’accord. En fait, le jeu passe à un niveau supérieur, cette fois-ci politique.

Le problème des fusions et acquisitions est que le retrait d’un accord est un processus coûteux. Il est peu probable que Tiffany veuille renoncer à la fusion, et elle prépare déjà une bataille juridique. En attendant, elle a été rétrogradée au rang de BBB par Fitch et a ouvert une procédure judiciaire contre le géant français.

On ne sait pas encore si l’entreprise française cherchera à négocier un meilleur prix ou si elle veut simplement conclure l’accord. Cependant, si elle a demandé l’aide du gouvernement français, il y a de fortes chances qu’elle envisage de se retirer de l’accord en raison de l’évolution de la pandémie.

En ce qui concerne les droits de douane américains sur les produits français, il reste moins de deux mois avant les élections américaines. Si Trump remporte à nouveau la Maison Blanche, les droits de douane seront de nouveau sur la table. D’ici là, l’attention reste concentrée sur la campagne électorale, et toute surprise peut modifier les chances que la fusion ait lieu à tout moment dans l’avenir.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.