Home > Actualités & Analyses Forex > Les dirigeants de l’UE continuent de négocier la composition du fonds de relance

Les dirigeants de l’UE continuent de négocier la composition du fonds de relance

Dans un style typiquement européen, les dirigeants de l’UE se sont réunis à Bruxelles pour discuter de la composition du Fonds de relance, qui n’a pas encore fait l’objet d’une décision. Malgré le sommet qui a débuté vendredi dernier, le week-end n’a pas permis de faire beaucoup de progrès, les États du Nord préférant accorder davantage de prêts que de subventions aux États du Sud, dont la situation est préoccupante. 

Une fois de plus, la politique intérieure et la pensée des petits pays amènent les investisseurs à se demander ce qui est le plus important pour eux : la stabilité de l’euro à l’heure actuelle ou la construction d’une véritable Union européenne, dotée d’une politique fiscale et monétaire commune ?

Coincé sur 50 milliards d’euros

Le peu de progrès constaté au cours du week-end a entouré le montant relativement faible de 50 milliards d’euros. Plus précisément, à la suggestion des Pays-Bas, les États du Nord, également appelés frugaux, ont demandé que la composition du Fonds de relance soit modifiée – au lieu de 400 milliards d’euros de subventions aux États du Sud, le montant doit être réduit à 350 milliards d’euros.

Dans l’ensemble, ce n’est pas beaucoup, si l’on considère que la différence avec les 750 milliards d’euros, la taille du Fonds de relance, est constituée de prêts. Mais cela pourrait signifier que les États du Nord veulent s’assurer de ne pas donner d’argent aux États du Sud sans avoir pris d’engagements concernant les réformes futures.

Les événements du week-end ont montré que l’Europe est loin de parler d’une seule voix. La couverture des progrès du sommet a montré beaucoup d’opinions apocalyptiques, de pointage du doigt et de négativité. Bien que l’Allemagne et la France soient du même côté de la barrière, il ne suffit pas de réunir une majorité et d’influencer l’unanimité lors du vote final.

Au moment où nous écrivons cet article, le sommet n’est pas terminé. Les négociations ont duré toute la nuit et se poursuivront probablement jusqu’à la prochaine session asiatique.

L’euro était partout. Il s’est ouvert sur un ton de surenchère – comme il s’était terminé la semaine précédente. On s’attend à ce qu’un accord soit conclu et à ce que les négociations multilatérales sur le financement les plus ambitieuses de la planète au cours des dernières décennies aboutissent à un succès.

Une chose est sûre : l’Europe ne peut pas se permettre d’être considérée comme faible par les marchés financiers. Les dirigeants de l’UE sont bien conscients des conditions de marché désastreuses dans lesquelles s’est déroulée la crise de la dette souveraine de 2012, lorsque l’existence de la monnaie commune, l’euro, a été menacée par les spéculateurs financiers. Pour éviter cela, un message clair et fort de Bruxelles est nécessaire.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.