Home > Actualités & Analyses Forex > Les données du PCI américain devraient rester inchangées

Les données du PCI américain devraient rester inchangées

Quelques heures avant la déclaration du FOMC d’aujourd’hui, les données du PCI (indice des prix à la consommation) sont attendues aux États-Unis. Le PCI et le PCI de base (hors prix de l’énergie et des denrées alimentaires) devraient tous deux sortir inchangés. 

Les données sur l’inflation sont toujours en tête de liste lorsqu’il s’agit d’une banque centrale dont le mandat est centré sur la stabilité des prix. La Fed, par exemple, oriente ses actions de politique monétaire sur la réalisation d’un double mandat – la stabilité des prix et un maximum d’emplois.

Les défis de la création d’inflation en période de récession

Cette semaine, nous avons appris que les États-Unis sont officiellement entrés en récession en mars. Depuis lors, la Fed a adopté une approche proactive et a assoupli les conditions monétaires – elle a baissé les taux et mis en place un programme à huit composantes conçu pour aider tous les secteurs de l’économie.

Avec des taux zéro et un programme d’assouplissement quantitatif de retour en pleine activité, on pourrait s’attendre à une poussée de l’inflation. En augmentant la masse monétaire dans une économie, la Fed crée les outils disponibles pour que les gens et les entreprises puissent dépenser. L’inflation devrait atteindre l’objectif de 2 %, même s’il faut du temps pour que les décisions de la Fed fassent leur chemin dans l’économie.

L’un des principaux défis pour la Fed et les autres banques centrales en période de récession est la réticence des entreprises et des particuliers à dépenser de l’argent.

Face à l’incertitude, les investisseurs et les ménages préfèrent prendre du recul et attendre de nouveaux indices. Certes, il est tentant d’obtenir un prêt du gouvernement, avec les garanties de la banque centrale et à des conditions extrêmement favorables, pour développer son entreprise – mais la question est de savoir s’il y aura encore une entreprise dans les six prochains mois si le consommateur est réticent à dépenser ?

C’est là que réside le gros problème de la construction des anticipations d’inflation et de la poussée de l’inflation actuelle à un niveau (2 %) qui n’est ni trop bas pour devenir une déflation, ni trop élevé pour détruire la valeur de l’argent.

La meilleure façon d’illustrer la réticence des ménages et des entreprises à placer de l’argent dans l’économie réelle est le fort appétit des investisseurs institutionnels pour les obligations souveraines et les revenus fixes en général.

Récemment, l’Espagne a émis pour 12 milliards d’euros d’obligations à 10 ans, mais elle pourrait vendre jusqu’à 78 milliards d’euros si elle le souhaitait. Il en va de même dans d’autres pays, ce qui reflète les défis à relever pour relancer l’économie réelle et les raisons pour lesquelles les banques centrales ont du mal à pousser l’inflation vers l’objectif de 2 %.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.