Home > Actualités & Analyses Forex > Les failles du projet européen et les raisons pour lesquelles elles sont autorisées en 2020

Les failles du projet européen et les raisons pour lesquelles elles sont autorisées en 2020

L’une des raisons du projet de l’Union européenne était que l’Europe aurait un seul marché (c’est-à-dire un marché unique) et, par conséquent, de meilleurs pouvoirs de négociation avec le reste du monde. Ce projet est d’une importance secondaire par rapport à l’objectif initial, qui était d’apporter la paix entre les nations européennes ravagées par les guerres en permanence.

Le succès du projet dépasse l’imagination. Aujourd’hui, l’Union européenne représente un marché d’un demi-milliard de personnes. Ce ne sont pas des économies régulières, mais des économies parmi les plus sophistiquées du monde, avec le pilier franco-allemand en tête.

Pour vendre vos biens et services dans le marché unique, en tant qu’étranger, vous devez respecter les règles fixées pour l’ensemble de l’Union. Négocier au nom d’un demi-milliard de consommateurs vous permet d’obtenir de meilleures conditions que si vous le faisiez au nom d’un seul pays.

Pourtant, il existe des lacunes. Le traitement fiscal préférentiel dans certains pays se fait au détriment de l’ensemble de l’Union européenne et, en fin de compte, représente une menace pour l’ensemble du projet.

L’Irlande s’impose comme un paradis fiscal

Une façon pour les entreprises de l’Union européenne de vendre leurs produits et services dans l’Union européenne est de créer une filiale en Irlande et d’avoir ainsi un pied sur le vieux continent. Cette voie est utilisée par la plupart des multinationales américaines, et pas seulement.

Des données récentes révèlent qu’en 2018, les multinationales américaines ont enregistré plus de bénéfices en Irlande que dans tous les autres pays européens seulement. Depuis 2018, peu ou pas de changement en termes de législation, donc attendez-vous à ce que les ratios soient plus ou moins les mêmes. En effet, le taux effectif a un peu augmenté – au lieu de payer 4,9 %, les multinationales paient maintenant 7,3 %, mais toujours une fraction de ce qu’elles paient ailleurs.

Alors comment se fait-il qu’une telle chose soit autorisée au sein d’une Union européenne et combien de temps cela va-t-il durer ?

La Cour européenne de justice (CEJ) a réagi dans le passé et a imposé une amende de 2 millions d’euros à l’Irlande. Mais ce n’est qu’une goutte d’eau dans le désert car cela ne résout pas le problème.

La pandémie de coronavirus a changé l’optique et les priorités de toutes les nations du monde. Par conséquent, la question de la fiscalité en Irlande est d’une importance secondaire par rapport au fait de sauver des vies et des emplois.

Toutefois, elle reflète une Union européenne encore incomplète, avec de nombreux problèmes à résoudre.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.