Home > Actualités & Analyses Forex > Les risques de conflit Iran-USA augmentent, attention au prix du Pétrole

Les risques de conflit Iran-USA augmentent, attention au prix du Pétrole

Selon un ancien conseiller du Gouvernement iranien, les chances qu’un conflit entre les USA et l’Iran dégénère en quelque chose de plus extrêmes sont très élevées, même si une guerre totale est peu probable.

Washington et Téhéran ont frôlé la catastrophe la semaine dernière après que l’Iran eut prétendu avoir abattu un drone américain qui entrait sur son territoire. Les États-Unis ont déclaré que leurs avions volaient dans l’espace aérien international.

« Nous devons nous rappeler que l’Iran est une superpuissance régionale. Les USA ont déclaré : « Je vais te mettre dans une boîte, je t’en prie, meurs. L’Iran ne va pas rester dans une boîte et simplement mourir « , a déclaré Fereidun Fesharaki, ancien conseiller en énergie du gouvernement à Téhéran dans les années 1970.

« Ils riposteront d’une manière ou d’une autre ; je pense que les chances que les tensions s’aggravent sont extrêmement élevées à court terme ».

En réponse à l’abattage du drone américain, Donald Trump a ordonné jeudi des frappes militaires contre des cibles iraniennes – mais a finalement mis fin à ces plans.

L’escalade des tensions entre les deux pays a fait grimper les prix du pétrole, le brut américain ayant augmenté de plus de 9 % au cours de la semaine, tandis que le Brent de référence mondial a gagné 5 %. Les investisseurs craignent qu’une attaque contre l’Iran, un important producteur et exportateur de pétrole, ne perturbe les flux énergétiques en provenance du Moyen-Orient – une région qui fournit plus d’un cinquième de la production mondiale de pétrole. Les deux indices pétroliers ont continué leur hausse aujourd’hui.

Les chances d’un conflit sont d’au moins 50% en ce moment, selon Fesharaki. Ce n’est peut-être pas une « guerre totale », a-t-il souligné, « mais un conflit qui perturberait l’approvisionnement énergétique ».

Si Trump avait mené ces frappes militaires comme prévu, les conséquences sur sur les prix du pétrole aurait été de 5 à 10 dollars le baril. Pour l’nstant la hausse par baril n’est que de 1 à 2$, ce qui n’est pas encore élévé.

Les tensions entre les États-Unis et l’Iran ont grimpé en flèche depuis Mai dernier, lorsque les États-Unis se sont retirés de l’accord nucléaire international de 2015 avec l’Iran et ont rétabli des sanctions sévères contre la République islamique.

Les États-Unis ont également renforcé leur présence militaire au Moyen-Orient – annonçant des plans d’envoi de milliers de soldats dans la région – et ont mis les Gardiens de la Révolution iraniens sur la liste noire des organisations terroristes.

Les attaques de Juin contre deux pétroliers dans le golfe d’Oman, près du détroit d’Ormuz, ont également renforcé les craintes d’une confrontation militaire entre les deux pays. Washington accuse Téhéran de ces attaques, mais l’Iran a nié ces accusations.

Dans le passé, l’Iran a menacé de bloquer le détroit d’Ormuz, l’une des voies navigables les plus importantes du monde, qui relie les producteurs de pétrole brut du Moyen-Orient aux principaux marchés du reste du monde. Le Président des USA a déclaré plus tôt ce mois-ci que si l’Iran bloquait le détroit d’Ormuz,  » il ne sera pas fermé longtemps « .

Cette voie représente environ 30 % du trafic maritime mondial de pétrole.

Plus d’un quart du commerce mondial de gaz naturel liquéfié a transité par le détroit d’Ormuz en 2018 et les possibilités de contourner la voie navigable sont limitées, selon l’Energy Information Administration des États-Unis.

A la question de savoir si l’Iran pourrait s’abstenir de menacer de bloquer le détroit d’Ormuz, parce qu’il a besoin d’exporter des produits énergétiques par ce canal, M. Fesharaki a répondu : « Ils reçoivent un peu d’argent, mais l’argent n’est pas assez important pour qu’ils abandonnent tout ce que le Président Trump leur demande. »

En ce qui concerne le gaz naturel liquéfié, il y a peu de soucis à se faire en raison de l’abondance des approvisionnements et des réserves dans le monde entier.

Cependant, la panique pourrait frapper le marché du GNL si le détroit d’Ormuz est perturbé.

« Du point de vue de l’offre, tout ira bien, mais le choc sur le marché ou la peur d’une aggravation de la situation pourrait faire monter en flèche les prix ».

Copyright (c) 2019 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.