Home > Actualités & Analyses Forex > L’indice du dollar américain est-il prêt à rebondir ?

L’indice du dollar américain est-il prêt à rebondir ?

Le DXY continue d’atteindre de nouveaux planchers sans qu’aucun renversement de tendance ne soit en vue. Pourtant, les bears sont avertis par l’écart croissant entre les prévisions de croissance économique américaine et celles des pays du G9.

Alors qu’il ne reste qu’un seul jour de trading ce mois-ci, le dollar américain reste proposé sur le tableau de bord des devises. La baisse du dollar a été le thème du mois, l’EUR/USD ayant rebondi depuis son plus bas niveau de 1,17 le tout premier jour d’avril. À partir de ce moment, ni la BCE ni la Fed n’ont pu gâcher la fête.

Les données en provenance des États-Unis continuent d’indiquer une accélération de la reprise économique, comme en témoigne le PIB du premier trimestre publié hier. L’économie a progressé de 6,4 %, ce qui est conforme aux attentes et pourrait permettre d’atteindre la tendance de croissance pré-pandémique au cours de l’été.

Mais pourquoi une croissance économique plus forte pèserait-elle sur la force d’une devise ? Ne serait-ce pas plutôt l’inverse : une économie plus forte reflétée par une monnaie plus forte ?

Un graphique pour effrayer les bears du dollar

Ce graphique n’est pas destiné aux bears du dollar. Il montre la performance de l’indice du dollar (DXY) par rapport à la croissance économique américaine au cours de la dernière décennie. La ligne bleu clair représente l’avance des États-Unis en termes de croissance économique par rapport à leurs homologues du G9. Étant donné que le DXY a tendance à suivre de près les prévisions de croissance, les traders devraient rechercher des modèles de retournement sur l’EUR/USD.

Alors, qu’est-ce que le DXY, et pourquoi les investisseurs devraient-ils s’y intéresser ? L’indice est formé principalement par la paire EUR/USD (qui représente plus de 57 % du poids de l’indice), tandis que le reste appartient au yen japonais (13,6 %), à la livre sterling (11,9 %) et à d’autres devises de poids inférieur. Il est donc impossible d’avoir un EUR/USD en baisse et un DXY en hausse, ou vice versa.

On pourrait dire que cette fois-ci, c’est différent. La Fed continue d’imprimer de l’argent à raison de 120 milliards de dollars par mois, de sorte que le dollar ne peut que s’affaiblir tant que les achats d’actifs se poursuivent. Mais la Fed a également assoupli sa politique au lendemain de la grande crise financière de 2008-2009, et lorsque l’économie a redémarré – plus rapidement que ses pairs – le DXY a suivi religieusement.

Pourquoi serait-ce différent cette fois-ci ?

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.