Home > Actualités & Analyses Forex > L’IPC américain envoie le dollar à la hausse

L’IPC américain envoie le dollar à la hausse

Hier, l’indice des prix à la consommation (IPC) aux États-Unis a donné le coup d’envoi d’une hausse de l’USD. La paire EURUSD a chuté de 1,18 à 1,1730, tandis que la paire GBPUSD a subi une baisse encore plus importante.

Le mouvement à la hausse du dollar est un peu surprenant dans le sens où le billet vert a clôturé la semaine précédente à son plus bas niveau. De plus, alors que le marché boursier se redressait, le Dow Jones menaçant de franchir le seuil des 29 000, la pression sur le dollar est restée la même pendant le jour férié de la fête de Colomb (c’est-à-dire lundi).

Ce retournement, bien que peu important en termes absolus, semble important pour la simple raison que le marché a négocié dans des fourchettes au cours des derniers mois. À l’approche des élections américaines, il est probable que les fourchettes se maintiennent, ce qui rend les trades susceptibles d’atténuer ce mouvement.

Données de septembre 2020 sur l’inflation aux États-Unis

L’IPC est sorti en septembre comme prévu. Les données principales et de base ont été imprimées à 0,2 %, soit moins que les 0,4 % précédents, ce qui montre une tendance désinflationniste.

Alors pourquoi le dollar a-t-il progressé si l’inflation est toujours inférieure à l’objectif de la Fed et a tendance à baisser ? Comme toujours, dans le trading et l’interprétation des données financières, le diable se cache dans les détails.

Tout d’abord, il s’agit des données mensuelles. Si nous les ajoutons aux variations annuelles, nous constatons que l’inflation globale était de 1,4 % en glissement annuel et, plus important encore, que l’IPC de base est resté inchangé à 1,7 %. De ces deux données, la seconde est la plus pertinente car elle représente la référence utilisée par la Fed pour mesurer la stabilité des prix. De plus, il est assez proche de l’objectif de stabilité des prix de 2 % envisagé par la Fed, bien que le mandat ait changé récemment, passant d’une cible linéaire de 2 % à un ACI (objectif d’inflation moyenne) au niveau de 2 %.

En d’autres termes, les dommages causés à la situation globale n’ont pas été aussi importants que ce à quoi beaucoup auraient pu s’attendre. Si l’on considère, par exemple, les tendances inflationnistes dans la zone euro, on peut dire que la Fed a mieux réussi à générer des niveaux d’inflation appropriés que les Européens.

Comme nous l’avons déjà mentionné, il est peu probable que ces données modifient les attentes du marché dans les semaines qui précèdent les élections américaines. Dans l’ensemble, les données de septembre ont montré que les pressions inflationnistes étaient faibles et que les dépenses en biens devraient encore s’affaiblir.

Pour les marchés, l’accent reste mis sur le paquet fiscal en cours de négociation à Washington et, pour les économistes, quel sera l’impact sur le prix des biens et des services ?

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

News sur les altcoins

Désinscrire à tout moment

Après vous être inscrit, vous pourrez également recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tiers. Consultez notre politique de confidentialité ici.