Home > Actualités & Analyses Forex > Perspectives économiques difficiles en Europe

Perspectives économiques difficiles en Europe

La zone euro est l’une des économies les plus touchées au monde par la pandémie de COVID-19. Elle a subi un confinement complet au printemps dans des pays comme l’Espagne et l’Italie, et maintenant les restrictions affectent à nouveau la production économique. 

L’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, la Belgique – littéralement toutes les économies à l’exception des pays nordiques – sont touchées par les nouvelles restrictions pour lutter contre la deuxième vague d’infections COVID-19. Pourquoi les pays nordiques sont-ils des exceptions ? La seule explication vient de la différence des aspects culturels par rapport au reste des pays européens.

Les perspectives économiques à court terme se détériorent rapidement

L’été a apporté un certain optimisme quant à la production économique future. L’offre et la demande globales ont commencé à s’améliorer, grâce aux mesures de relance budgétaire et monétaire. Cependant, les dernières semaines ont vu une détérioration très rapide des perspectives économiques. Des pays comme l’Espagne, par exemple, s’écartaient déjà de près de 10 % du niveau d’avant la crise. D’autres économies ont également souffert : le Portugal -6,3 %, l’Italie -4,5 %, la France -4,1 %, pour ne citer que quelques exemples.

L’enthousiasme suscité par l’annonce cette semaine d’un vaccin COVID-19 prometteur doit être considéré comme tel – il ne s’agit que d’une annonce. En attendant, les aéroports restent vides, bien que le cours de leurs actions soit en hausse sur les marchés boursiers. En outre, le taux de chômage continue d’augmenter. De plus, le PIB se contracte et le nombre de décès liés au virus est également en augmentation. Il faut donc en faire plus dans les mois ou l’année à venir, jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible.

Comme nous l’avons vu au printemps, la clé de la lutte contre la pandémie n’est pas seulement de réduire le nombre d’infections, mais aussi de le maintenir à un faible niveau. Le temps froid n’aide pas non plus.

Si l’Espagne et l’Italie ne parviennent pas à faire baisser le nombre d’infections, nous pourrions assister à un confinement général, comme celui récemment imposé par la France. Dans ce cas, la contraction du PIB déjà spectaculaire de -7,7 % estimée pour la zone euro en 2020 sera encore revue à la baisse.

Les coûts sont tout simplement astronomiques. Par exemple, on estime qu’une seule journée de confinement total générera un coût de 80 milliards d’euros pour l’économie italienne.

Tout cela met la BCE sous pression lors de la réunion de décembre. De nombreuses options sont sur la table – de la réduction supplémentaire du taux de la facilité de dépôt en territoire négatif à l’augmentation de l’assouplissement quantitatif.

Cependant, en fin de compte, tout le monde suppose que la BCE continuera à faire ce qu’elle doit faire. Il se peut que les décisions de la BCE en décembre, quelle que soit leur importance, aient peu d’impact sur la reprise économique immédiate.

Tags:

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.