Home > Actualités & Analyses Forex > Plus d’argent bon marché provenant de la BCE ?

Plus d’argent bon marché provenant de la BCE ?

Villeroy de Galhau, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a laissé entendre que la banque centrale pourrait être l’une des dernières à réduire ses taux d’intérêt. L’euro n’a pas été impressionné, se tradant sur un ton acheteur malgré la déclaration dovish.

Les principales paires de devises en euros ont connu une tendance haussière au cours des deux derniers mois. L’EUR/USD ou l’EUR/JPY restent orientés à la hausse, principalement en raison de la force de l’euro plutôt que de la faiblesse du dollar.

Les acteurs du marché s’attendent à ce que les banques centrales du G10 commencent à réduire leurs achats d’actifs dans la période à venir, comme le suggère la croissance économique déclenchée par le succès des campagnes de vaccination COVID-19. Mais toutes les banques centrales ne réduiront pas ou ne normaliseront pas leur politique en même temps, de sorte que les participants au marché spéculent sur la banque centrale qui sera la première ou la dernière à lever les mesures accommodantes.

À en juger par la hausse de l’euro, la Banque centrale européenne (BCE) devrait être l’une des premières banques centrales à réduire sa politique monétaire. Pourtant, ce n’est pas le message envoyé hier par Villeroy de Galhau, membre du Conseil des gouverneurs.

Pas de réduction du PEPP au troisième trimestre 2021

Villeroy, qui est également le directeur de la Banque de France, a délivré un message dovish hier. Il a suggéré que la BCE sera au moins aussi patiente que la Fed en ce qui concerne le tapering et a qualifié l’idée de réduire le programme PEPP au troisième trimestre de l’année de « purement spéculative ».

En outre, il a laissé entendre que la BCE pourrait conserver une position accommodante bien au-delà de la fin du PEPP. Le multiplicateur d’étagement pourrait être ajusté, et le taux de facilité de dépôt n’est pas un plancher, selon Villeroy.

Par ailleurs, et c’est peut-être le point le plus intéressant de son discours, il a évoqué son point de vue sur l’inflation. Selon le membre du Conseil des gouverneurs, la BCE peut accepter une inflation supérieure à 2 % pendant un certain temps sans voir son mandat menacé.

Il s’agit d’une déclaration délicate car les acteurs du marché savent bien que la Fed a modifié son mandat l’année dernière. Elle est passée d’un objectif d’inflation de 2 % à une inflation moyenne de 2 %. Si la BCE déclare un objectif d’inflation symétrique à celui de 2 % sur une base annuelle, elle imite la démarche de la Fed.

Selon Morgan Stanley, le déficit cumulé du niveau des prix par rapport à l’objectif d’inflation de 2 % au cours des six dernières années laisse beaucoup de place à la hausse. En d’autres termes, pour combler l’écart avec l’indice projeté par rapport à l’objectif de 2 %, la BCE ne devrait pas réduire son taux d’inflation mais l’assouplir davantage. Le message de Villeroy ne devrait donc pas être une surprise, compte tenu de l’écart avec l’objectif de 2 %.

Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte