Home > Actualités & Analyses Forex > Présentation du MES (Mécanisme Européen de Stabilité)

Présentation du MES (Mécanisme Européen de Stabilité)

L'Équipe Éditoriale de Professeurforex.com

(ProfesseurForex.com) – Le MES (Mécanisme Européen de Stabilité) va remplacer aujourd’hui le FESF (Fonds Européen de Stabilité Financière) et aura une capacité de prêt de 700 milliards lorsque tout le capital aura été libéré (le FESF continuera d’exister tant que le Portugal, l’Irlande et la Grèce n’auront pas tout remboursé). Jean-Claude Juncker va peut être nous donner de plus amples détails sur ce fonds mais voilà ce que nous savons à l’heure actuelle.

En clair, qu’est ce que le MES ?

En clair, il s’agit d’une gigantesque Euro-obligation, ou autrement dit, d’une cagnotte collective dont l’utilisation nécessitera d’abandonner en bonne partie sa politique budgétaire à la Zone Euro et la Troïka… Le fonds donne donc apporte donc une garantie aux emprunts d’Etat et représente donc un caution pour les investisseurs.

Quelle est la force de frappe du MES ?

500 milliards d’Euros est appelable. Ou 700 milliards si l’on compte les 200 milliards d’Euros restant au FESF et qui seront mis dans l’escarcelle du MES. Il s’agit du capital appelable. 80 milliards doivent être débloqués dans un premiers temps ce qui permettra d’avoir tout de suite une force de frappe de 200 milliards en attendant que le reste du capital soit appelé. Ces fonds doivent permettre de lever de la dette facilement sur les marchés internationaux (jusqu’à 500 milliards) mais personne ne sait encore quelle note sera attribuée par les agences de notations. Un certain effet de levier serait en discussion alors que la cour constitutionnelle Allemande a interdit d’octroyer au MES un licence bancaire. D’autre part, le Bundestag devra donner son accord si le MES venait à devoir prêter plus que 500 milliards d’Euros.

Quelle sont les différences avec avec le FESF ?

Le fonds pourra recapitaliser les banques. D’autre part, le MES sera une institution internationale, comme le FMI. Cela signifie que la participation des pays ne sera pas comptabilisé par Eurostat comme de la nouvelle dette… Notons que toute recapitalisation bancaire doit se faire sous l’égide de Supervision Bancaire Européenne. Une union qui tarde à être mise en place. Le ministre des finances Allemand a d’ailleurs déclaré qu’il était irréaliste de voir une supervision bancaire sur pied le premier janvier si il fallait superviser l’ensemble des 6000 établissements bancaires.

Qui décide ?

Chaque pays dispose d’un nombre de voix proportionnel à sa contribution financière. Ainsi, compte tenu du système de décision, trois pays auront un droit de veto au sein de son conseil des gouverneurs (les gouverneurs ne sont autres que les ministres des finances), l’Allemagne, la France et l’Italie. Les décisions seront prises de manière « collégiale » c’est à dire à l’unanimité. Ensuite, pour les décisions « urgentes » seule la majorité qualifiée (85 %) sera suffisante. Klaus Regling était le président du FESF et prendra la tête du MES.

Trouvez-ici la répartition des droits de vote:

Etats membre du MES (Zone Euro) Pourcentage des contributions Nombre de parts Montant de la garantie (milliards, arrondi à quelques millions près…)
Allemagne 27,15 % 1900128 190
France 20,39 % 1427013 142,7
Italie 17,91 % 1253859 125
Espagne 11,9 % 833259 83,3
Pays-Bas 5,72 % 400190 40
Belgique 2,81 % 243397 24,3
Grèce 2,78 % 197169 19,7
Autriche 2,51 % 194939 19,4
Portugal 2,51 % 175644 17,5
Finlande 1,8 % 125818 12,5
Irlande 1,59 % 111454 11,1
Slovaquie 0,82 % 57680 5,7
Slovénie 0,43 % 29932 2,9
Luxembourg 0,25 % 17528 1,7
Chypre 0,2 % 13734 1,3
Estonie 0,19 % 13020 1,3
Malte 0,07 % 5117 5,1

Autant dire que le ministre des finances de Malte aura rarement droit à la parole…

Qui évaluera les besoins financiers des pays qui feront une demande d’aide ?

Le diagnostic sera apporté par la Troïka (BCE, commission Européenne et FMI). Trois instances dont les membres ne sont pas élus démocratiquement. Tout comme les ministres des finances d’ailleurs. En gros, c’est la Troïka qui va décider de la dose d’austérité que le pays va devoir mettre en place en échange de l’aide financière pour faire rouler sa dette en appréciant la soutenabilité de cette dernière. Les ministres des finances valident ensuite le rapport et donne son feu vert ou pas. Notons également que de toute façon, la signature du pacte budgétaire est obligatoire pour pouvoir prétendre à être secouru par le MES.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés

Tags: