Home > Actualités & Analyses Forex > Quelle est la prochaine étape pour le dollar ?

Quelle est la prochaine étape pour le dollar ?

On peut facilement repérer la réponse extrême à la crise COVID-19 par la Réserve fédérale des États-Unis. Alors que la masse monétaire et les actifs du marché monétaire institutionnel ont augmenté de 2005 à 2020, le taux de croissance s’est accéléré de façon spectaculaire en raison de la pandémie. 

Inévitablement, un graphique comme celui ci-dessous remet en question la définition même de la force ou de la valeur d’une monnaie. L’augmentation de la masse monétaire entraîne une baisse de valeur, comme nous le diront les cours d’économie débutants. Cependant, non seulement le dollar n’a pas perdu de sa valeur pendant toutes ces années, mais il s’est en fait renforcé.

Comment cela est-il possible ? La réponse vient du privilège exorbitant de posséder la monnaie de réserve mondiale. C’est pourquoi la demande de dollars dépasse de loin les émissions du Trésor ou le rythme auquel la Fed crée des dollars digitaux via le programme d’assouplissement quantitatif.

Qui prête aux États-Unis ?

En effet, le concept économique de base s’applique à tout gouvernement ou banque centrale qui augmente la masse monétaire pour dévaloriser la monnaie. Parce qu’il n’y a pas d’autre côté de l’équation, la monnaie finira par perdre de sa valeur.

Dans le cas des États-Unis, les choses sont différentes en raison du statut de monnaie de réserve. D’autres monnaies sont également utilisées comme réserves, comme l’euro ou le yen, mais pas autant que le dollar.

Qui prête de l’argent aux États-Unis ? C’est une chose d’émettre de la dette comme le fait le Trésor, et une autre de trouver des acheteurs pour cette dette. Ces acheteurs sont bien conscients du tableau ci-dessus – mais ils pensent que le dollar conservera sa valeur au fil du temps, de sorte qu’ils continuent d’enchérir pour la dette libellée en dollars émise par le Trésor américain.

La Chine et le Japon achètent plus de 33 % de la dette américaine. Ces deux pays sont à eux seuls responsables du financement d’un tiers de l’argent dont les États-Unis ont besoin pour financer leur déficit. Les autres pays contribuent chacun avec une petite part. Par exemple, le Royaume-Uni achète 4,7 %, le Brésil 4,8 %, ou le Luxembourg 3,5 %.

Nous n’énumérerons pas tous les pays car la liste est terriblement longue. Le fait est que l’on peut émettre plus de dollars, comme le montre l’augmentation de l’indice M2 et des actifs monétaires institutionnels, sans que la valeur du dollar ne diminue. L’explication est assez simple : en émettant de nouvelles dettes et en trouvant des acheteurs pour celles-ci, d’autres pays dans le monde sont prêts à les acheter, surmontant l’offre de dollars avec une forte demande.

Si la demande est plus forte que l’offre, le dollar s’appréciera. Comme toutes ces années, il suffit de se rappeler que l’EURUSD se traitait à 1,60 ou la GBPUSD à près de 2 il y a seulement une dizaine d’années.

Inscrivez-vous à notre newsletter exclusive dès aujourd'hui !

Des e-mails sur mesure

Jamais de SPAM !

Alt coin news

Désinscrire à tout moment

Après votre inscription, vous pourrez recevoir des offres spéciales occasionnelles de notre part par e-mail. Nous ne vendrons ni ne distribuerons jamais vos données à des tierces parties. Consultez notre politique de confidentialité ici.