Home > Actualités & Analyses Forex > Une macro perspective de la récession du coronavirus

Une macro perspective de la récession du coronavirus

La pandémie de coronavirus affecte l’économie mondiale de manière sans précédent par rapport aux récessions précédentes. Par rapport à d’autres revers majeurs de l’histoire de l’humanité, seule la Seconde Guerre mondiale a eu, jusqu’à présent, des conséquences économiques plus importantes que celles de ce virus.

Chaque pays dans le monde a trouvé sa propre façon de soutenir ses citoyens. Certains pays, en particulier les pays développés, ont eu le luxe de tester la population pour savoir exactement comment le virus se propage et combien de personnes ont été infectées. D’autres, en revanche, n’avaient ni l’infrastructure médicale ni les moyens financiers pour le faire. Pourtant, tous les pays ont lancé des programmes de soutien massifs, tant d’un point de vue fiscal (gouvernements) que monétaire.

Évaluer l’impact économique d’une crise sanitaire prolongée

La distanciation sociale étant devenue la nouvelle norme, la grande question qui se pose est de savoir quelles sont les solutions dont disposent les pays si la pandémie s’étend. Une deuxième, voire une troisième vague de l’épidémie pourrait très bien signifier un nouveau confinement dans de nouveaux épicentres, ce qui nuirait encore davantage à la reprise économique.

À quelques exceptions près, la population a compris le risque de ne pas respecter les règles sanitaires en voyant les dégâts autour d’elle. Aux États-Unis, les demandes d’allocations de chômage se comptent par millions chaque semaine, avec quelques signes faibles indiquant qu’une partie des chômeurs a commencé à retrouver un emploi.

Alors qu’au début de l’épidémie, les économistes et les responsables de la politique monétaire préconisaient une reprise économique en forme de V, les scénarios ont été rapidement adaptés. Plus le temps passe dans l’immobilisme, plus il devient évident que 2020 se terminera par une contraction économique, et 2021 semble au mieux plat.

Au lieu d’une reprise en forme de V, une évolution en forme de L est plus probable.

Aux États-Unis, une prévision des économistes de la Deutsche Bank prévoit que le PIB américain diminuera de 10 % en 2020 et restera stable en 2021. Ce qui est étonnant, c’est qu’au cours de l’année 2020, le déficit budgétaire devrait atteindre le chiffre énorme de 25 % du PIB. Et, d’ici 2030, le ratio dette/PIB pourrait atteindre 175 %, soit le double de l’année dernière.

Tous ces chiffres sont destinés à montrer l’impact et les défis que le coronavirus pose aux économies du monde entier. Oubliez les taux d’intérêt élevés dans un avenir proche – les chiffres présentés précédemment reflètent un environnement perpétuellement caractérisé par des taux d’intérêt faibles par rapport à la croissance.

En d’autres termes, le choc du coronavirus pourrait être plus que simplement exogène. Après un choc exogène, les économies se remettent rapidement sur les rails. Cette fois, on a l’impression que le virus va changer les concepts économiques mêmes que les sociétés ont vécus jusqu’à présent.

Tags:
Rejoignez la révolution sociale de négociation. Se connecter avec d'autres commerçants, discuter des stratégies de négociation, et utiliser notre CopyTrader breveté
eToro est la première plateforme de négociation sociale du monde, offrant un large éventail d'outils pour investir dans les marchés de capitaux
Le plus grand nombre de paires de devises au commerce
Ouvrir mon compte